Des cannibales montaigne francais moderne - kmk67.ru

I cannibali - Des cannibales quot;s by Michel de Montaigne

Toutes choses, dit Platon, sont produites par la nature ou par la fortune, ou par lart; les plus grandes et plus belles, par lune ou lautre des deux premières; les moindres et imparfaites, par la dernière. Tous nos efforts ne peuvent seulement arriver à représenter le nid du moindre oiselet, sa contexture, sa beauté et lutilité de son usage, non pas la tissure de la chétive araignée.

Les plus jeunes vont à la chasse des bêtes à tout des arcs. Une partie des femmes samusent cependant à chauffer leur breuvage, qui est leur principal office. Il y a quelquun des vieillards qui, le matin, avant quils se mettent à manger, prêche en commun toute la grangée, en se promenant dun bout à lautre et redisant une même.

Ils sont ras partout, et se font le poil beaucoup plus nettement que nous, sans autre rasoir que de bois ou de pierre. Ils croient les âmes éternelles, et celles qui ont bien mérité des dieux, être logées à lendroit du ciel où le soleil se lève; les maudites, du côté de lOccident. Il entreprendra toutefois, pour faire courir ce petit lopin, décrire toute la physique. De ce vice sourdent plusieurs grandes incommodités. Or je trouve, pour revenir à mon propos, quil ny a rien de barbare et de sauvage en cette nation, à ce quon men a rapporté, sinon que chacun appelle barbarie ce qui nest pas de son usage ; comme.

Et si pourtant, la saveur même et délicatesse se trouve à notre goût excellente, à lenvi des nôtres, en divers fruits de ces contrées-là sans culture. Ce nest pas raison que lart gagne le point dhonneur sur notre grande et puissante mère Nature. Ils ont du bois si dur quils en coupent, et en font leurs épées et des grils à cuire leur viande. Leurs lits sont dun tissu de coton, suspendus contre le toit, comme ceux de nos navires, à chacun le sien; car les femmes couchent à part des maris. Là est toujours la parfaite religion, la parfaite police, parfait et accompli usage de toutes choses. Ils sont sauvages, de même que nous appelons sauvages les fruits que nature, de soi et de son progrès ordinaire, a produits: là où, à la vérité, ce sont ceux que nous avons altérés par notre artifice et détournés de lordre commun, que nous.